Marc de LaSalle Blogue Libres-points *****Libre-point***** L'Être conscient

*****Libre-point***** L’Être conscient

L’être conscient ne peut pas ne pas aimer

La dimension consciente de l’Homme reposera toujours sur l’harmonie des gens qui l’entourent. Il ne peut pas vivre trop longtemps les déséquilibres, sans que cela affecte son être. Toute absence ou temps latent de retard dans la communication, le brimera dans sa sensibilité.

C’est à ce moment qu’il lui revient donc l’urgence dans sa capacité à décider intégralement ce qu’il ne veut plus vivre, qu’il peut assurer dans son être et sa conscience son rééquilibrage harmonique qui, en fait, ne dépend que de lui.

D’autre part, il est d’une haute importance que l’initié puisse identifier ceux avec qui il pourra vivre dans un continuum absolu sa paix.

Sans cette paix, il ne peut habiter la vie de la matière qui, elle, lui devient étrangère, parce que trop astrale pour sa conscience. Il en souffrira donc temporairement psychiquement, car tout ce dont il a besoin, c’est d’exiger que l’assurance de l’harmonie qu’il y a autour de lui, ne le dissocie pas de sa vitalité mentale, physique et psychique.

Il faut ainsi à la vie des initiés des gens qui le respecteront intégralement, car sans cette fontaine de régénérescence, il s’étiolera temporairement dans une tristesse de la vie qui lui fera perdre son goût de l’autre. Alors que pourtant, il aime profondément l’individu, parce qu’il est celui qui recherche le plus dans l’autre l’essence de l’harmonie que cette personne est capable de générer.

L’être conscient ne peut donc pas vivre la vie des autres, mais il y a cette droiture en lui qui l’élève à la beauté de l’autre si on le respecte. Dans sa beauté pour harmoniser sa vie et sa conscience, l’initié sera toujours un être intégral et entier.

La vie de l’initié n’est pas de tout repos.  Pour celui qui avance dans le mouvement de la conscience, il y a la nécessité que les individus qui entourent ou gravitent près de lui, puissent aimer sa conscience, selon le prisme vibratoire absolu qu’il n’est jamais un être insensible à la réalité des individus qui l’entourent.

En résumé, l’être conscient se construit dans ce besoin réel de la communication avec l’autre, puisque, dans l’échange, il est selon toute envergure transparente un être qui peut expliquer à l’homme, à la femme ou à un enfant la vie.  Somme toute, il aime l’individu profondément, car ce lien qui l’unit à la race de l’Homme, et à la conscience de la vie planétaire, va de pair avec sa sensibilité. En autant qu’on puisse le respecter en tout temps dans cette sensibilité qui l’anime, il reste avec l’Homme, un conquérant du mensonge. Son besoin d’aimer n’est pas arbitraire. Il relève uniquement de sa volonté à se générer pour être bien avec l’autre.

Enfin, tout déséquilibre de la communication avec ceux qui l’entourent, le forcera un jour à se retirer dans ses terres, pour vivre uniquement de sa sensibilité, car l’instabilité de ne pas pouvoir communiquer le brimera au plus haut au point.

Paradoxalement, dans sa solitude d’aimer l’autre sans qu’il puisse y avoir un retour, il souffrira psychiquement. Cette réalité ne fait pas appel à de la psychologie qui s’explique par un manquement en lui d’intelligence, mais par une absence de compréhension de la sensibilité qui l’anime à aimer l’Homme parfaitement en Intelligence.

L’Initié aime l’Homme, l’autre, l’étranger, une compagne, un compagnon ou un ami(e), parce qu’il est intrinsèquement lié à la reconnaissance parfaite d’une générosité qui relèvera toujours de l’Évolution systémique de tout être en devenir vers une conscience intégrale, qui apprendra à le respecter.  L’être conscient a donc un besoin réel de communiquer autant dans l’écoute que dans sa beauté à pouvoir sans retenue expliquer la vie et ce qu’il y a en lui face à elle.

0 Comments

Related Posts

Laisser un commentaire